Tenez-moi au courant!

Menu
Informations générales
Publié le 28 juin 2016

Comment la dyscalculie affecte mon enfant?

discalculieLe mot dyscalculie provient du mot grec  ‘dys’ (difficulté) et le mot latin ‘calculare’, qui signifie ‘compter mal’. Le terme dyscalculie a d’abord été forgé en 1949 mais ce n’est qu’en 1974 qu’on découvre, grâce au Docteur Kosc que la dyscalculie est un trouble de l’apprentissage (dyscalculia.org). Il l’a définie comme une difficulté au niveau des opérations arithmétiques.

Comment savoir si mon enfant est dyscalculique?

Tout d’abord il est important de comprendre que chaque enfant a sa propre façon d’apprendre et de son développement sera différent des autres enfants. Selon le Centre national pour les troubles d’apprentissage, dans certains cas les apprenants qui ont déjà des difficultés avec le processus de travail du langage ou avec la relation visuelle-spatiale pourraient également faire face à différentes difficultés en mathématiques.

discalculie-2

La figure 1 ci-dessus est un exemple de la relation visuelle-spatiale où l’apprenant n’est pas en mesure d’aligner les chiffres en fonction de leur valeur. (Mérat, 2010)

Une méthode pour déterminer si un enfant présente un problème de mathématiques est le fait qu’à un certain âge certaines compétences mathématiques devraient déjà être acquises. Par exemple, pendant la petite enfance, les enfants devraient posséder un sens du nombre, être capables de trier les objets en fonction de leur forme, taille et couleur. Il/Elle devrait être en mesure de savoir si un objet est plus petit/plus grand ou plus long/plus court. En outre, l’enfant devrait être en mesure de compter et de reconnaître les chiffres.

discalculie-3

Lorsque les enfants sont dans en primaire et rencontrent des difficultés à résoudre des problèmes mathématiques où ont besoin d’utiliser les opérations arithmétiques de base telles que l’addition, la soustraction, la multiplication, etc. certains ont du mal à se souvenir des notions mathématiques et à établir des liens avec les différents symboles (Morin, n/d). L’exemple ci-dessous, figure 2, montre comment l’enfant a ajouté les chiffres plutôt que de les multiplier.

Une fois que les enfants atteignent l’adolescence, et l’âge adulte plus tard, les problèmes mathématiques deviendront plus évidents car les apprenants ne sont pas en mesure de passer des problèmes de base aux applications mathématiques plus complexes. En outre, il peut être difficile pour les apprenants avec dyscalculie de reconnaître les modèles et d’être en mesure d’identifier les différentes parties d’un problème mathématique. (Centre national pour les troubles d’apprentissage)

Il est important de garder à l’esprit que l’apprenant passe par différentes phases d’apprentissage et pourrait avoir des difficultés pour une courte période de temps sans nécessairement être dyscalculique. Ainsi, en cas de doute il faudrait parler à un enseignant ou à un professionnel qui peut évaluer l’apprenant quant à ses difficultés. Il est important qu’en tant que parent vous conservez des notes sur les difficultés que votre enfant rencontre.

La bonne nouvelle est que si vous diagnostiquer la dyscalculie pendant la petite enfance, un enseignant pourra offrir d’avantage de possibilités pour l’enfant. Il existe de nombreuses techniques qui l’aideront avec les Maths. Même lorsque la dyscalculie ne peut pas disparaître, il existe des stratégies d’apprentissage par exemple des aides visuelles, des éléments tactiles, du matériel de référence, que l’enseignant peut offrir qui rendront la vie de l’apprenant beaucoup plus facile.

References:

  • National Centre for learning disabilities. Available at: www.ncld.or
  • Mérat, M. C. ; 2010 ‘Certains enfants sont-ils malades des maths?’ Science et Vie. n.1110 pgs. 70-72.
  • Morin, A. Understanding Dyscalculia n/d. Available at: www.understood.org

Ecrit par : Fiona Meyer
Traduit par : Corinna Valente

Comments are closed